04212024Headline:

HSBC : République démocratique du Congo

En RDC, la grande majorité des clients millionnaires de HSBC Private Bank sont des industriels d’origine belge, des entrepreneurs issus des communautés juive ou libanaise. Comme Hassan, riche importateur de produits pharmaceutiques et industriels, également à l’œuvre en Angola, dont le compte ouvert en 2006 abrite 3 millions de dollars. Un haut responsable congolais de l’usine de planification de Kinshasa dispose, lui, de beaucoup plus : 60 millions de dollars. Ce qui reste modeste au regard des fortunes brassées par un cartel d’hommes d’affaires israéliens où l’on retrouve Nir Livnat, diamantaire établi à Johannesburg, Daniel Steinmetz, dont le frère Benny est au cœur de l’affaire Simandou en Guinée, ou encore Mozes Victor Konig, dont le compte est crédité de plus de 120 millions de dollars répartis entre plusieurs sociétés.

Le nom d’un homme d’affaires apparaît sur les comptes de chacun d’entre eux : Dan Gertler. Proche du président congolais Joseph Kabila, Gertler s’illustre en RDC par l’opacité de ses affaires dans le secteur minier, notamment au Katanga, mais aussi dans le pétrole avec sa société Oil of DR Congo. Il a déjà été identifié comme un problème : le FMI avait interrompu son programme de prêts à Kinshasa à la suite du rachat suspect par l’Israélien d’un projet de cuivre que n’a pas su justifier le premier ministre Augustin Matata Ponyo. La banque HSBC, elle, n’en a cure. Roger Basso fait confiance à sa compliance, laquelle fait confiance au client.

Les comptes qui affichent le nom de M. Gertler n’ont attiré aucune attention particulière. Ils apparaissent dans les documents SwissLeaks liés à plusieurs sociétés offshore, dont Sunland International Marketing Ltd ou Concordia Marketing Group. Sollicité, le cabinet d’avocat à Londres de M. Gertler, Mishcon de Reya, a répondu ceci: « notre client nie catégoriquement tout implication dans du commerce diamants contre armes au Congo à la fin des années 1990 ». En ajoutant: « notre client n’a pas connaissance que les sociétés que vous mentionnez possèdent ces comptes en banque ». Avant de préciser: « les détails des affaires privées [de M. Gertler] n’ont pas d’intérêt public légitime. Par ailleurs, notre client a toujours payé ses impôts dans chacune des juridictions concernées ».

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

You must be Logged in to post comment.