04212024Headline:

Lydienne EYOUM : Pourquoi tant attendre ?

lydienne eyoumL’affaire dite Lydienne Eyoum n’est en réalité qu’une de ces nombreuses mascarades judiciaires parmi tant d’autres, dans lesquelles les adversaires et challengers redoutés du dictateur de Yaoundé, écopent depuis des décennies des emprisonnements en réalité à vie, avec parfois des assassinats des proches collaborateurs et parents..quand ces derniers ne sont pas acculés à l’exil à l’étranger.

Tout cela, Paris n’en dit mot, ne veut pas voir, et pousse même l’incongruité jusqu’à censurer les passages d’un rapport parlementaire, lorsque les membres de la commission des affaires étrangères de l’assemblée nationale française ont « le culot » de faire état de l’illégitimité du pouvoir en place au Cameroun depuis 1982, et de son règne par la terreur.

cl2pLe Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) au Cameroun, association de droit français, existe précisément pour rappeler à chacun sa part de responsabilité dans la persistance de cet état de la terreur au Cameroun depuis 1982. 

Sans être dans l’invective, la calomnie, ou la déformation des faits et des actes criminels posés au Cameroun, les condamnations successives de l’ONU sont aujourd’hui la base de travail pour une organisation comme la nôtre, pour confronter et étendre le cas échéant les poursuites à celles et ceux qui se seront ainsi rendus complices – de manière active ou passive en France – des exactions, sévices, traitements inhumains, violations arbitraires des droits et des libertés commis sur des femmes et des hommes – pour certains de nationalité française.

Nous saurons toujours leur rappeler ce devoir de Mémoire, lorsque certains d’entre-eux auront beau jeu de ne pas ou plus se souvenir, en voulant au plus vite tourner la page sur ces « atrocités lointaines » vécues par les « Africains » (comme ils disent).

C’est aussi cela notre raison d’être, au-delà du suivi et de l’accompagnement juridique que nous assurons au quotidien auprès des prisonniers politiques et de toutes les victimes de l’arbitraire judiciaire au Cameroun.

 

source :  Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques au Cameroun (CL2P)

 

cl2p

 

 

 

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

You must be Logged in to post comment.