04212024Headline:

LE FIANCE DE SIKE par Le Black Samourai.

LE FIANCE DE SIKE

Sikè ma très chère nièce, tu dis avoir trouvée un fiancé. Aujourd’hui, tu es grande et aussi belle que ma sœur Ewoudou Epée. Tu es arrivée dans cette maison il y a onze ans, lorsque ta mère Ewoudou, craignant pour ta sécurité à Dibombari, te m’a confiée. Ton père, revenu d’Allemagne voulait te récupérer de force après dix ans et t’emmener vivre à Berlin chez sa vieille épouse allemande.

Ton géniteur, ce salopard de Mathias Ondoua que ma sœur a nourri pendant qu’ils étaient tous les deux étudiants à Ngoa, avait osé se pointer chez cette dernière en compagnie de son épouse portant sur sa face antique, des rides aussi profondes que les eaux de la Sanaga. Authentique ma fille ! Cette femme était de la même génération que ta grand-mère Kwin. Ton oncle Ntsimi le saoulard et sa vipère de sœur Tsoungui, afin de dissimuler leur déshonneur, avaient psalmodié dans toute la république que Mathias avait épousé cette vieille dame uniquement afin de pouvoir rester en Allemagne.

Moi, je pense qu’il ne l’a pas fait seulement pour cette raison. Je suis sûr et certain qu’il avait inventorié secrètement les biens de ce squelette ambulant et attendait impatiemment l’héritage que lui léguerait cette femme d’un age avancé. Je ne le connais que trop bien cet opportuniste et fin calculateur qu’est Mathias…

Je me rappelle donc bien de ce jour ou ma sœur m’a appelé à son secours…

Mathias, ton véreux, fripon, indélicat et malhonnête de père t’avait déjà mise dans le taxi quand je suis arrivé. Mon frère Ndoumbe, cet idiot de Ndoumbe observait, contemplait la scène au lieu de trouver hâtivement une hache ou un morceau de latte dans le chantier de Manga, pourtant pas loin afin d’en finir avec ce prétentieux.

J’ai règle ce problème en deux minutes. Tu me connais quand je deviens aussi farouche que mes aïeuls !!!

A peine descendu de ma voiture, j’ai localisé une bouteille de vin de palme posée sur une table à coté d’un manguier, tu peux imaginer la suite…je l’ai cassée sans retarder, ni poser de question sur la tête de ton père. Le chauffeur de taxi a essayé de me calmer en posant ses doigts crasseux sur mon costume blanc. Il a failli lui aussi, passer de vie a trépas. Un vieux banc appartenant à ta grand-mère traînait au sol, je le lui ai brisé sur le dos. Ca m’a fait tout de même un peu mal quand j’ai su le lendemain que c’était l’un des neveux de mon ami Kamdem.

Mais bon, il aurait du se présenter avant et surtout, ne pas intervenir dans nos affaires de famille. Ndoumbe le lâche quant à lui, a reçu de ma part une gauche qui lui a presque fracasser la mâchoire, pour non assistance à personne en danger mais surtout pour faiblesse aggravée devant l’ennemi.

Le chauffeur tenaillé par une intense douleur, torturé par mon attaque téméraire au banc et surtout pris de panique, a foncé en chancelant tel des feuilles de cocotier et en criant sa peine, dans un champ de manioc situé à quelques mètres de là.

Mathias quant à lui, a sauté dans la voiture en oubliant sa vieille femme qui essayait tant bien que mal de me donner quelques maigres coups sur le dos à l’aide de son vieux sac à main. Je me suis retourné, en lui lançant un regard semblable à celui d’un chat face à une souris en période de disette très avancée…

Sike, sais-tu ce qui s’est passé ? Frau Herta, la cousine de Hitler, au lieu de s’enfuir comme les deux autres abrutis que je venais d’esquinter, a carrément craché sur mon mignon visage. Je te jure que j’ai failli venger mes ancêtres Douala Manga et Samba en moins de dix secondes. Tu te rends comptes ? Une femme et de surcroît une allemande, ose cracher sur un notable de classe A, un dignitaire de haut rang, un seigneur Bantou. Tout ceci se passe en plein midi, dans mon pays le Cameroun qui a tant souffert et cela devant témoins en plus. Après que ses ancêtres aient autant fouetté que tué les miens pendant leur triste séjour sur nos terres…

Tonnerre de Nyambe, Dieu Bantou ! La gifle que je lui ai donnée l’a évanouie sur le coup. Son vieux et vilain visage a changé de couleur une dizaine de fois en quarante-cinq secondes. Pendant que ses pieds tremblaient comme les pattes d’une vache sur le point de mettre bas, sa bouche bavait comme celle d’un macaque ayant reçu un coup de gourdin sur la nuque de la part d’un vaillant pygmée Baka.

Je m’apprêtais à foncer une fois de plus vers son ignare de mari, Mathias qui s’était réfugié dans la voiture, quand les joueurs de damier du Bar de mon cousin Dipita sont venus me supplier pour que j’arrête mon dispatching accéléré et tonitruant de coups de poing virulents et de gifles évanouissantes.

Le lendemain, la femme de ton père était dans un avion en partance pour son pays afin de recevoir des soins hautement intensifs… Ils en ont eu pour leur compte…et tout ça je te dis en deux minutes. Pas plus ! Autrement tu serais devenue une bonne à tout faire en Allemagne ou encore, une des ces prostituées encaissant chaque jour, les assauts piqués et répétés d’une dizaine de vieux allemands aux fantasmes indomptés.

Ne ris pas Sike, je t’ai sauve la vie ! Bon, ça m’a quand même fait passer trois jours en cellule, mais je ne regrette rien car l’honneur et l’intégrité de ma famille en dépendaient.

 Sike, il est vrai que ton éducation n’a pas été facile, tu dois tenir cela de ce crétin de Mathias…..J’ai du te bastonner quelques fois je le reconnais. Mais c’était pour ton bien et bien entendu par ta faute. Il faut dire que tu l’as bien cherché parfois…ton histoire avec ce coopérant, ce Monsieur Leblanc que j’ai loupé de peu quand il t’a ramenée de Kribi après quarante huit heures. Tes sorties nocturnes pendant que moi ton oncle, je dormais. L’incident avec la femme d’Atangana qui est venue te menacer ici parce que tu bipais son mari toutes les dix minutes. Ton BEPC, que tu as refait trois fois à cause de ton petit amoureux du Lycée Joss.

Comment s’appelait-il encore ce petit voyou ? Ah voila, Essono, un nom qui en dit long…je me rappelle que je vous ai pris tous les deux un samedi dans ma voiture, officiellement pour une ballade et je suis allé vous déposer directement à la P.J. de Bonanjo chez Dikongue mon camarade de classe. J’ai demandé a ce dernier, de vous civiliser à satiété pendant trois heures de temps au moins…. Et le petit Essono avait uriné dans son pantalon suite aux nombreux coups de matraque que Dikongue lui avait administrés sur la plante des pieds. Ah Dikongue, un vrai complice !

 64778_10203788788612428_6609964156830702451_n                                        Le black samourai ici a dubai  (les quelques rares photo de lui.  )

Que de bons souvenirs… A chaque fois que j’y pense, je ris aux éclats tout seul. J’en oublie certainement beaucoup. Mais comment oublier le jour ou tu as battu copieusement la femme de Mballa qui t’avait traitée de bâtarde….je peux t’assurer que j’ai été fier de toi de jour la. Est-ce que c’est de ta faute si Mathias n’a pas épousé ma sœur Ewoudou avant de lui faire un enfant ? Mathias Ondoua n’avait aucun sou à l’époque, il était plus pauvre qu’un moustique ! Sa seule richesse était sa grande gueule d’escroc qu’il ouvrait toutes les trente secondes pour débiter des âneries et des plans d’arnaques les uns plus sordides que les autres. Madame Mballa a eu la chance que j’étais en mission a Brazzaville ce jour-la…je t’aurai aidé à rectifier le portrait de cette mégère prétentieuse.

Bon revenons au plat du jour….

 Tu dis que tu veux me présenter ton fiancé ? Et que celui-ci c’est le bon. Hum, Sike as-tu vérifié ses antécédents ? Ma femme me dit qu’il a plein d’argent et qu’il change de voiture tous les soirs. Qu’il a ceci et qu’il a cela…

Sike ! Sike ! Sike !…. je ne veux pas me retrouver entrain de répondre aux questions des journalistes de Canal 2 ou d’Equinoxe TV. Je ne veux pas être convoqué devant un juge…

Es-tu sure qu’il n’est sur la liste d’attente pour la tristement célèbre prison de Konduegui ?

Es-tu sure que son nom ne figure dans la liste publiée il y a quelques temps concernant ceux qui se font ça entre eux ?

Es-tu sure que les rituels de sorcellerie du « Kong « et du « Moussong » ne sont pas ses armes favorites comme mon beau-frère Eboa Mandengue ?

Es-tu sure de toi Sike ? Connais-tu ses parents ? Ses proches ?

Puisque tu insistes, il n’y a pas de problème. Fais-moi venir ce Monsieur afin que je lui pose quelques questions de vieux sage. Mais je te jure que ça risque d’être un interrogatoire musclé….comme celui qu’on m’a fait subir à la gendarmerie de Mboppi, il y a quelques années, pendant l’Opération “Villes mortes ” …. Et je t’avertis, s’il ne répond pas à une seule de mes questions ou si je soupçonne quelque chose de louche, il ne sortira pas d’ici vivant.

Je vais lui prouver qu’on ne m’appelle pas dans ce quartier Chef Maquis pour rien. Je vais écourter son séjour sur terre, je vais esquinter ses rêves malsains, je vais anéantir ses ambitions de brigand, je vais ruiner sa carrière de vampire …

Tu me connais assez ! Ce n’est pas un mariage qu’on va organiser mais plutôt des obsèques…alors réfléchis bien. Tu risques d’être veuve avant ton mariage…..parce que moi, il ne peut pas me mystifier comme un jeunot, ni me draguer comme une femmelette. Je suis incorruptible, imperturbable, indémontable, je suis le fils de mon père. Surtout dis à ton cousin Junior de fermer à double tour des que ce monsieur franchit la barrière …Sike, tu as intérêt à ce que soit le bon !!!!

Ah, il est arrivé…Junior, ferme à double tour, autrement ce soir, tu ne manges rien !

Monsieur Bonjour, selon ma nièce à qui je ne fais pas trop confiance, vous etes l’homme de sa vie. J’espère que vous ne serez pas pareillement l’homme de sa mort. Alors pour commencer, je veux avoir votre identité exacte, les noms de vos père et mère ainsi que ceux de vos grands-parents, frères, oncles, tantes et cousins afin de savoir d’où vous venez mais surtout s’il n’y a pas de criminel, de tueur ou même de sorcier malveillant dans votre famille. Ensuite, donnez-moi une liste de dix personnes pouvant témoigner de votre intégrité morale.

Junior, apporte-moi un stylo et une feuille blanche afin que je note tous ces noms. Cette liste ira chez mon oncle Bona qui est Chef supérieur de Dibombari pour une enquête occulte et une copie sera envoyée à mon ami Officier Dikongue pour enquête policière approfondie et autres contrôles de casiers judiciaires. Je peux vous garantir que moi, on ne me surprendra pas comme mon frère Epée dont la fille a épouse un braqueur. Je ne subirai pas le même sort que Kamdem qui a donne sa fille Pauline à un vigile de la Société Générale à Bafoussam en pensant que ce monsieur était banquier. On ne me le fera pas ce coup cher monsieur…mon œil est vif et mon esprit est aussi éveillé que celui d’un singe adulte à la recherche d’une guenon vierge.

Le cas de Mballa, mariant sa fille au fils d’Amougou en pensant que le jeune homme avait fait fortune en Europe ne m’arrivera pas. Le petit Joseph Amougou avait arraché le sac d’une femme de soixante ans à la sortie d’une banque. Voila, l’origine de sa supposée fortune. De toute façon, son père lui-même était un grand voleur lorsque nous étions au lycée….alors tel père, tel fils !

Sike, tais-toi quand je parle. C’est pour ton bien et celui de ta progéniture que je le fais. Tu veux finir comme Ndome avec pour époux un compère d’Eboa Mandengue alias Chef Sorcier ?

Maintenant cher monsieur, laissez-moi vous donner quelques recommandations si jamais vous traversez le cap des enquêtes. Notez-les car je ne les répéterai jamais.

Première recommandation : Ma nièce n’ira vivre dans aucun village…elle vivra, uniquement à Douala ou à Yaoundé. Aucune discussion ! Silence !

Deuxième recommandation : Vous vous engagerez par écrit à lui fournir le même confort que chez moi ou si non plus et cela pendant toute la durée de votre union.

Sike, au moindre signe de pauvreté, tu reviens à la maison…ne discute pas, c’est une ordre paternel !

Troisième Recommandation : Si vous avez d’autres femmes, officielles ou officieuses, dites-leur de se tenir loin de ma nièce chérie. La première qui essaie une action physique ou sorcière à son encontre sera foudroyée et cela sans aucune patience ni pitié de ma part. Le même avertissement s’applique aussi à tous vos proches.

Quatrième Recommandation : Vous ne porterez la main sur Sike, que si elle vous trompe. Et vous pouvez alors faire appel à mes services, si vous avez besoin de secours et de renfort de qualité supérieure. Je viendrai alors vite et en apportant le matériel adéquat…

Sike, tu es prévenue. Je n’accepterai de subir venant de toi, aucune honte ! Tu me connais …tu voulais un mari, tu auras un mari !

Quant à vous, monsieur le Chaud, si j’apprend que vous avez bastonné Sike pour rien, je vous prouverai que je suis né avant vous en vous envoyant à l’hôpital pour au moins six mois. Vous en sortirez fou ou même paralysé. Et à votre sortie, vous irez chercher une autre épouse car Sike n’est pas un tam-tam…c’est ma première nièce et de surcroît, une princesse !

 Cher monsieur l’amoureux je vous donne rendez-vous dans deux semaines après résultats des enquêtes et contre-enquêtes.

J’en ai terminé, la séance est levée….

Sike, j’espère que tu es satisfaite de moi…j’ai été moins dur que prévu…

Si ce type ne revient pas, je te trouverai moi-même un mari…un vrai, un homme intègre, fort et courageux comme moi…

                           J’en ai terminé, la séance est levée….

 Le Black Samourai.

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

You must be Logged in to post comment.