07142024Headline:

Cameroun: dans les méandres de la défaite cuisante des pro-Boko Haram

BOKO HARAM. Cameroun: dans les méandres de la défaite cuisante des pro-Boko Haram

  allain jules par allain jules

Les esprits chagrins en mal de sensation ne trouvant rien à dire ou redire se confondront en analyses ubuesques, en circonvolutions, mâtinées, comme toujours, de tribalisme et surtout de tentatives d’excommunications pour faire taire son adversaire. C’est peine perdue car, à moins de lire les yeux bandés, les données sont claires et limpides…La coalition anti-terroriste africaine prendra le dessus sur Boko Haram et, celui qui sera pris vif ou mort c’est bien Abubakar Shekau, qui se terre désormais comme un rat…Certains, par des voltiges mensongères arguaient, leurs convictions chevillées au corps, que, le Cameroun a perdu sa souveraineté. Ambiance.

Paul Biya, le pire cauchemar du Cameroun ?

Honoré de Balzac disait: « La misanthropie est presque toujours une grande vanité cachée sous une peau de hérisson ». Les misanthropes de la pensée unique ont l’esprit complètement tourneboulé quand on prononce le nom Paul Biya. Tous les malheurs du Cameroun sont donc, pour eux, en corrélation avec l’homme Lion. Leurs échecs: Paul Biya. Leurs frustrations : Paul Biya. Leurs déboires conjugaux: Paul Biya. Leurs échecs personnels: Paul Biya. Boko Haram: Paul Biya. Catastrophe du lac Nyos: Paul Biya. Qu’ont-ils fait pour que les choses aillent mieux ou changent à part gueuler ? Mystère et boule de gomme…Et les succès, c’est pas Paul Biya ? Là, en chœur, c’est NON.

Atrabilaires à souhait, sans jamais rien proposer, ils assènent LEUR vérité, qui, pour eux, ne souffre d’aucune contestation possible. Sinon, leur méthode qu’ils pensent idoines est le bannissement des autres (blocage sur Facebook , diabolisation et dénonciation calomnieuse), ultime syncrétisme d’une faiblesse notoire qui ne dit pas son nom… Ah, ces démocrates de pacotille ! Paul Biya, pour vous dire, est le dernier de mes soucis au quotidien, hier, maintenant et demain. #JeSuisPaulBiya est un hashtag que ceux qui tribalisent et instrumentalisent sans vergogne un militaire mort au combat à Fotokol par solidarité ethnique, fustigent. Cherchez la cohérence. C’est de la dictature car, chacun est libre de faire ce qu’il veut. Soyons clairs, ce post n’est nullement un soutien au pouvoir de Paul Biya, encore moins une adhésion. C’est dit.

La corrélation mensongère.

Les hommes politiques sont parfois perdus dans leur conquête du pouvoir. Entre salmigondis et mensonges, les opposants au président Biya oublient souvent l’essentiel. Quand on découvre des pétitions demandant qu’il démissionne parce que c’est lui et lui tout seul, qui a déclaré la guerre à Boko Haram, on se demande si nous vivons sur la même planète. C’est autant d’écueils sur lesquels le gang de charlatans se grille et démontre qu’il n’y a rien de patriotique dans sa démarche. C’est autant d’idées nauséabondes, qui méritent la dénonciation, en temps de guerre. On a même vu certains se réjouir de la « résistance » de Boko Haram à Gamboru Ngala. Ça se passe de commentaire et ça fait gerber ! En réalité, la stratégie tchadienne a été de bombarder la ville pensant 3 jours, permettant ainsi aux troupes nigérianes d’avancer. Que peuvent-ils dire aujourd’hui après la reprise de la ville par les forces coalisées, ainsi que les cités de Mafa, Mallam Fatori, Abadam et  Marte ? Raser les murs ?

Kim Kardashian rime avec beauté; entre déesse callipyge et vénus hottentote, et pourtant, la beauté reste toujours relative. Elle ne saurait être universelle. En d’autres termes, la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a. Notre armée fait le maximum pour la sécurité du Cameroun. Alors,  parcourir chaque jour la littérature de ces pro-Boko Haram, en totalité ou en diagonale, on a le sentiment de lire quelques textes de scribesvichystes. L’ennemi est désigné, la meute insatiable aboie. C’est effrayant: appel au meurtre, à la désobéissance civile, et même à déposer les armes devant l’ennemi et laisser envahir le Cameroun. Certains, dans des déclarations fantasmagoriques, avant même la réunion des experts de Yaoundé du 05 au 07 février, déclarent, sans preuve, que le contingent de 7500 militaires de l’UA sera déployé au Cameroun. Que nenni. C’est plutôt dans l’Adamaoua, mais, côté nigérian. Quant aux soldats tchadiens, ils sont entrés au Nigeria et il n’en reste que très peu à Fotokol ou Maroua…

Entre couardise, lâcheté et opportunisme

Ces compatriotes pro-Boko Haram, qui s’énervent quand on les surnomment « Camerounais de papiers », autoproclamés experts en géopolitique et géostratégie, avaient très vite vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Le crétin prétentieux affirme souvent (toujours?) urbi et orbi avoir tout étudié ou tout lu. C’est impossible. Mais, malgré d’exceptionnels bagages, de lourdes valises de connaissances, qu’apparaît-il à la lecture et à l’analyse des cheminements de la pensée de nos pro-Boko Haram ? Un vide sidéral. Ou, si ! des connaissances vaseuses et la haine comme supports. Les connaissances de nos « intellectuels » au service du terrorisme sont de grands pots de confitures. Prétendre être philosophe et prôner la guerre relève d’une gymnastique intellectuelle du marché de Mokolo, à quelques encablures de l’hôpital central de Yaoundé, mon lieu de naissance.

Et voilà que la donne change avant qu’ils ne puissent véritablement réagir mais, astucieux, ils ont vite changé de braquet…A 180 degrés. Très étonnant ensuite de les voir patauger telle une mouche dans la bouse pour approuver la marche de Yaoundé du 28 février prochain. Ils poussent le toupet jusqu’à envisager d’y porter un discours. Lequel ? Après avoir distillé durant des mois leurs tendres grivoiseries de cabaret de la mère Grégoire, entre Carmagnole et crincrin de métro, ils croient pouvoir rallier les « qui » à leur cause perdue ? Surtout pas les vrais patriotes…Les pensées intestinales, viscérales ou encore les pensées populaires ne sont qu’une manœuvre intellectuelle au ras des pâquerettes cachant le visage hideux de certains…Hélas,  on ne fait pas d’un âne un cheval de course, à moins d’être dans les grands récits mythologiques…

 

 ALLAIN JULES
ancien chercheur en Histoire Médiévale à l’Université Paris IV Sorbonne, diplômé de l’Iris (3e cycle) (Institut des relations internationales et stratégiques) Paris, cursus permettant ( diplomatie,  journalisme).
source : allain.jules.com

 

 

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

You must be Logged in to post comment.