04212024Headline:

Cameroun : Attentats terroristes et front de guerre, les absences du président Biya créent un psychodrame national

Vendredi 24 juillet 2015- Paul Biya, le chef d’Etat camerounais, s’est fait représenter auprès des populations de Maroua, -victimes d’un double attentat Rechercher attentat suicide le 22 juillet dernier-, par Edgar Alain Mebe Ngo’o le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense.
Cameroun : Attentats terroristes et front de guerre,  les absences du président  Biya créent un psychodrame national

   Selon la radio d’Etat qui rapporte l’évènement, Edgar Alain Mebe Ngo’o, était dans le quartier de Barmaré, où s’est déroulée la première explosion, puis, il s’est rendu à l’entrée du marché central frappé par le second attentat.

L’envoyé spécial du chef de l’Etat, s’est rendu au chevet des blessés auxquels il a remis, une enveloppe-envoyée par Biya-, de 100 000 Fcfa à chacun, pour les soins. Et 1 million au personnel soignant « le chef de l’Etat a promis de prendre en charge les soins des blessés et m’a chargé de leur transmettre aux familles des victimes et aux blessés son réconfort et celui de son épouse », va déclarer le Mindef.

Comme lors du double attentat Rechercher attentat de Fotokol, -qui a officiellement fait 13 morts et 7 blessés-, les victimes de la double attaque kamikaze de Maroua,- 13 morts et 32 blessés-, ne verront pas leur chef d’Etat. Suffisant pour que cette absence qui s’ajoute à celle du front de guerre suscite de l’émotion, au sein de l’opinion, sur les médias, et réseaux sociaux.

« En plus d’un an de guerre, pas une seule visite du chef des armées aux troupes comme le font les autres chefs d’Etat. Qu’avons-nous fait pour mériter ça ? », S’interroge en filigrane Mathias Eric Owona Nguini, célèbre enseignant d’Université, fils d’un baron du régime et chouchou des médias, adulé pour la pertinence de son propos et sa liberté de ton.
Pour l’écrivain Patrice Nganang, Paul Biya fait preuve de « mauvais cœur ». Globalement, l’opposition condamne les absences répétées du chef suprême des armées sur le front de guerre.

Les camerounais de la rue,- intervenant sur les médias-, apprécient diversement ces absences. Certains estiment que les déplacements du chef de l’Etat nécessitent une logistique et une mobilisation extraordinaire. D’autres par contre, jugent plus qu’utile, cette présence, « pour disent-ils, booster le moral des troupes, et des populations ».

Pour les proches du président de la République, c’est un non débat, car même absent, Biya se fait représenter, donc, est toujours présent.

Une constance se dégage, les absences du numéro un camerounais,-qui font l’objet de débats sur les médias locaux-, à Maroua ou plus généralement à l’Extrême –Nord,-région plus exposée aux attaques de Boko Haram Rechercher Boko Haram et aux attentats-, ou encore sur le front de guerre, font polémique, secouent le pays et créent un psychodrame Rechercher psychodrame national.

source : Armand Ougock, Yaoundé

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

You must be Logged in to post comment.