06192024Headline:

Un ténor de l’opposition et de la diaspora en france BERTRAND TEYOU brule la mairie de Besançon


Incendie volontaire dans l’hôtel de ville de… by lestrepublicain

 

 

Condamnation de l’incendie criminelle de la Mairie de Besançon par M. Bertrand Teyou ressortissant camerounais

Notre organisation condamne avec fermeté l’acte répréhensible posé par un de ces illuminés irresponsables pourtant pris en charge par la solidarité nationale, qui refusent obstinément de respecter les lois et institutions d’un pays d’accueil qu’ils accusent assez lâchement de tous les maux.


Un accusé d’emblée non expulsable au Cameroun

Il est d’emblée hors de question que l’accusé soit expulsé vers son pays d’origine (le Cameroun) où, faut-il le rappeller, il a été persécuté pour ses écrits sur la Première Dame .

Les actes répréhensibles qu’il a posés mériteraient effectivement d’être sanctionnés sur un plan pénal, si l’instruction parvient à la conclusion qu’il avait tout son discernement. Avec le recul, son comportement semble davantage accréditer la thèse d’une réelle dépression psychologique, pour laquelle M. Teyou aurait impérativement besoin d’un vrai suivi médical et d’un accompagnement adéquat.

Cet incident regrettable révèle une triste dérive personnelle…à laquelle aucun réfugié n’est malheureusement pas à l’abri. Si nous pouvons d’une manière ou d’une autre l’aider à la surmonter, nous n’y hésiterons pas, malgré la fermeté de notre condamnation.

La réaction de Jean Body Zibi II, Président de l’association Franco-Camerounaise de Besançon

Habitant de la ville de Besançon et Président de l’association Franco-Camerounaise locale, je tiens à manifester mon incompréhension et ma colère face à cet acte criminel et insensé posé par ce réfugié politique camerounais que j’ai rencontré quelques fois.

Monsieur Bertrand Teyou, vient par son acte d’entacher très négativement l’image du Cameroun dans cette partie du territoire français où vivent bon nombre de ses compatriotes.

A-t-il pensé aux dommages collatéraux de son geste? 

Quelques soient ses griefs vis à vis de ses interlocuteurs dans ses différentes démarches, rien ne peut justifier l’acte criminel posé.

Nous sommes dans un État de droit et pour un réfugié politique comme lui, la moindre des choses est de respecter les lois du pays d’accueil. La France était-elle obligée d’accueillir Bertrand Teyou?

Un proverbe camerounais ne dit-il pas:”tu sors le chien d’un fossé, il te mord”.

Il dit qu’il a fait face à la brutalité du régime en place au Cameroun, on peut dire qu’après l’acte qu’il vient de poser, il va faire face à la rigueur et la sévérité des lois françaises qui punissent très durement ce type de crimes.

Jean Body Zibi II, Président de l’association Franco-Camerounaise de Besançon

L’incendie – 25/06/2015

Photo: (c) macommune.info

L’incendie

 

source : mediarpart   Par Joël Didier ENGO

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

You must be Logged in to post comment.