Le trou le plus profond jamais créé par l’homme par Margot

Le trou le plus profond jamais créé par l’homme par Margot

Le trou le plus profond jamais créé par l’homme a été scellé et abandonné, suite à un événement étonnant

L’Homme est capable de lancer des ouvrages extraordinaires dans l’espoir de satisfaire sa curiosité sur le monde qui l’entoure. Ainsi, sur une péninsule isolée du nord-ouest de la Russie, des scientifiques ont passé des décennies à forer vers le centre de la terre.

À plus de 12 000 mètres de profondeur, leur forage est aujourd’hui l’ouvrage le plus profond jamais réalisé par l’homme. Mais un événement inattendu s’est produit et les chercheurs ont donc été contraints de sceller définitivement leur expérience.

Un intérêt de longue date

Bien sûr, les humains sont fascinés par ce qui se trouve sous la surface de la terre. Mais depuis que le premier satellite artificiel a été envoyé dans l’espace en 1957, l’homme s’est également et surtout intéressé à l’observation des étoiles pour en découvrir les secrets.

Aujourd’hui, grâce aux agences spatiales mondiales et aux entreprises privées, nous en savons plus que jamais sur l’univers. Mais, alors que nous continuons à regarder le ciel avec émerveillement, ne sommes-nous pas en train de négliger un autre monde tout aussi mystérieux, sur Terre ?

Une course à la découverte

Il est étonnant de constater que certains pensent que notre connaissance de l’espace est désormais supérieure à notre compréhension de ce qui existe sous la surface de la Terre. Et si beaucoup de gens connaissent la course à la conquête de l’espace qui a passionné les États-Unis et l’URSS pendant la guerre froide, peu se souviennent de la bataille tout aussi fascinante qui a été menée pour la conquête de notre monde souterrain.

À partir de la fin des années 1950, des équipes concurrentes de scientifiques, d’origine américaine et soviétique, ont commencé à organiser des expériences élaborées visant à pénétrer la croûte terrestre. Cette coquille dense, épaisse de 50 km, s’étend vers le centre de notre planète, avant de laisser la place au « manteau », la mystérieuse couche interne qui représente 40 % de la masse de notre planète.

Entre Américains et Soviétiques

En 1958, les États-Unis ont pris l’initiative de lancer le projet Mohole. Située près de Guadalupe au Mexique, l’opération avait vu une équipe d’ingénieurs forer le lit de l’océan Pacifique à une profondeur de plus de 180 mètres. Cependant, huit ans plus tard, leur financement fut réduit et le projet Mohole dut être abandonné. Les Américains ne purent jamais atteindre le manteau.

Ensuite, ce fut le tour des Soviétiques. Le 24 mai 1970, une équipe de chercheurs commença à forer dans la terre sous le district de Pechengsky, une région peu peuplée de la péninsule de Kola en Russie. Leur objectif était simple : pénétrer le plus loin possible dans la croûte terrestre.

Rattrapés « par hasard »

L’objectif des Soviétiques était d’atteindre une profondeur d’environ 15 000 mètres sous la surface de la Terre. À l’aide d’un équipement spécialisé, les chercheurs ont commencé à creuser une série de trous de forage à partir d’une seule cavité principale. Mais, tandis que leur descente avançait lentement, une « équipe » américaine avait également fait quelques progrès de son côté, pour des raisons bien différentes.

En effet, en 1974, la Lone Star Producing Company forait le sol dans l’espoir de trouver du pétrole dans le comté de Washita, dans l’ouest de l’Oklahoma. C’est au cours de cette opération que la société a formé le « puits Bertha Rogers », une merveille artificielle allant jusqu’à 9 500 mètres sous la surface de la terre.

Nouveau record

Bien que la compagnie Lone Star n’ait pas trouvé ce qu’elle cherchait, le fruit de leurs efforts était devenu le trou le plus profond de la planète, et ce durant les cinq années suivantes. Puis, le 6 juin 1979, l’un des trous de forage de Kola, baptisé SG-3, a finalement battu ce record. Et, en 1983, ce trou, d’une largeur d’à peine 10 cm, avait parcouru la distance stupéfiante de 12 000 mètres à travers la croûte terrestre.

Une fois cette étape franchie, les chercheurs de la péninsule de Kola ont décidé de retirer temporairement leurs outils. Pendant 12 mois, ils ont interrompu les travaux sur le trou de forage afin que diverses personnes puissent visiter ce site fascinant. Cependant, lorsque l’expérience a été relancée l’année suivante, un problème technique a forcé les experts à cesser le forage.

Plan B

Refusant de s’avouer vaincus, les chercheurs ont décidé d’abandonner l’opération de forage précédente et de recommencer à une profondeur de 7 000 mètres. En 1989, le forage avait atteint la profondeur record de 12 260 mètres. Encouragés, les personnes impliquées dans le projet furent optimistes quant à l’avenir, estimant que le trou dépasserait les 13 400 mètres à la fin de l’année 1990.

Plus impressionnant encore, il était prévu que le forage atteigne son objectif de 15 000 mètres dès 1993. Mais quelque chose d’inattendu se cachait sous la toundra russe. Et, bizarrement, alors que le forage se rapprochait de plus en plus du centre de la Terre, un changement totalement inattendu se produisit.

source : indeedfinance.com

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion