LE RÉVEIL SAWA ! par Déborah Nteppe

LE RÉVEIL SAWA !  par Déborah Nteppe

                                               L’HEURE DU RÉVEIL A SONNÉ 

 Il y a un temps pour tout dans la vie, un temps pour se taire, un temps pour parler, un temps pour agir, …

Les Duala et tous les Sawa sont aujourd’hui l’objet de railleries, la risée de certains, le dindon de la farce et cela ne peut perdurer !

Comment ce peuple combattif, ce peuple vaillant, ce peuple fier de ses valeurs, en est-il arrivé à être qualifié de poltrons par ses détracteurs ?

Les colons (allemands et français) face à une résistance farouche à la Kunta Kinte,  n’ont pas réussi à tuer l’âme, l’esprit du Sawa Duala, du Sawa . Mais que s’est-il donc passé ?

 – Les valeurs de ce peuple ont été dénaturées, perverties par le pouvoir de l’argent et d’autres considérations d’où la  perte d’identitaire, la perte de valeurs sûres fondées sur les qualités humaines et non sur leurs comptes bancaires. Le respect mutuel, la solidarité qui étaient la source d’une réussite collective, d’un idéal commun ont fait place à la débandade, au nombrilisme, à l’individualisme : la maison de ton frère, ou de ta sœur brûle à côté mais tu fermes les yeux, tu te bouches les oreilles mais prompt à commenter, comme c’est triste.

 La corruption morale de nos chefs traditionnels et des notables est devenue l’unité de mesure dans toute l’étendue du triangle national.

ceux qui font la honte des sawa

De toute évidence l’œuvre diabolique  de nos gouvernants n’a fait accentuer ce mode de fonctionnement immoral, la cause principale de cette dégradation. Conséquemment, les chefs ayant pratiquement démissionné de leurs fonctions au profit de l’argent facile (dons du gouvernement, vente des terrains, …), le peuple s’est retrouvé au fil des années, dans une passivité maladive, le peuple étant visible uniquement dans les manifestations folkloriques avec le manger et le boire, le peuple paralysé, soumis et finalement incapable de réfléchir pour sa survie. Bref, le peuple Sawa subit tout dans un silence cadavérique.

Les jeunes générations ne savent même pas que des personnes comme le Dr Eyidi Bebey et bien d’autres, ont subi des humiliations à leur époque parce qu’ils s’opposaient aux colons, et aux gouvernements sans bases démocratiques.

A chaque époque, il y a eu des Duala et des Sawa qui se sont levés : Me Yondo Black, Dr Nja Kwa, Henriette Ekwe, Rithé Ngalle, Maria Engome Kala Lobe épouse Mouen, Gaspard Mouen, Tobbo « dit le sauvage » et bien d’autres qui ont osé parler et qui ont subi des tortures, des humiliations dont les séquelles  demeurent visibles encore aujourd’hui chez certaines des personnes citées.

Les jeunes générations ignorent que des illustres personnes comme Francis Bebey ont vécu avec l’instruction des blancs mais sont restés des pur- sang Duala…

Les jeunes générations s’embrouillent dans des mélanges explosifs (mélanges de cultures, mélanges de mysticismes, ..) d’où leur  incapacité de voir plus loin que le bout de leur nez, d’apprécier ce qui est essentiel et de rejeter le superficiel, le vernis destructeur de nos repères, de notre héritage.

Un changement radical s’impose à nous, une reprise en mains de la période désastreuse que traverse le Sawa.

Mais cela  ne peut plus continuer ainsi. Avec la destruction de la villa des Etokè en avril dernier et la destruction de DIKOLO, le voile est tombé, nos yeux doivent VOIR CLAIR, DECRYPTER cette symbolique. Me concernant, ce qui s’est passé chez le père Kwedi Etokè et ce qui s’est passé à DIKOLO sont les deux faces d’une même pièce, n’en déplaise à ceux qui pensent le contraire. Ce genre de bévues ont été vécues par d’autres Sawa et acceptées dans une passivité exaspérante, dans une  faiblesse maladive. Dieu a permis que DIKOLO suive immédiatement la casse de la villa des Etokè, il ne s’agit pas d’un hasard mais d’un appel au REVEIL, d’un appel à l’ACTION, tout ceci sur des irrégularités inacceptable dans un pays dit de droit.

La villa de Me joel etoke
populations de dikolo-bali en plein désarroi

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut que le peuple soit totalement réveillé, il faut que le peuple Sawa renonce à la passivité  ,à une patience stupéfiante, (mbimba mu si ma banga ebodu) et agisse pour sa survie sinon il faudra qu’il se taise à jamais car sa mort est programmée.

Les membres du gouvernement ont reçu des correspondances dans l’esprit des restitutions suivies des indemnisations et j’espère que la justice fera son travail en rétablissant la vérité afin que les responsables de ces actes inqualifiables soient mis au banc des accusés, répondent à leur barbarie, soient punis à la hauteur de leur barbarie, à la hauteur des traumatismes subis par toutes ces familles, que RÉPARATIONS SOIENT FAITES rapidement.

Laurent Esso Ministre d’État, Ministre de la Justice garde des sceaux.
jean de dieu MOMO -Ministre Délégué auprès du Ministre de la Justice Garde des Sceaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais si la justice joue au dilatoire comme de coutume avec des atermoiements, deux possibilités vont s’imposer :

             1 – Ceux qui savent invoquer le Dieu de justice vont s’y atteler sans relâche jusqu’à ce que la justice de Dieu prenne le dessus sur tous ces mafieux, Dieu est capable de réduire/détruire toutes les réalisations de ces fossoyeurs, tôt ou tard.

              2 – Les « poltrons » d’hier vont se lever de manière ferme et énergique pour combattre toute construction sur les terrains concernés quitte à mourir comme Rudolf Duala Manga Bell ; les Etokè vont se battre, soutenus par les Sawa, quitte à être tous enterrés sur leur terrain et les Bellois, assistés de tous leurs frères Sawa, vont combattre jusqu’à la dernière goutte de sang face à tous les oppresseurs.

Mboa wema na mbale, mponda e ma po, bese ba weme, bese ba teme ka moto mo, bila be ma jamba; nde jom’asu e doli, di kasi bila.

Une de mes ultimes interpellations dans le combat voire guerre tout en poursuivant ma réflexion  sur comment avancer, quelle serait la stratégie adéquate à adopter.

                                                           Déborah Nteppe

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion