APRÈS LE RETOUR DES RELIQUES DE LUMUMBA

APRÈS LE RETOUR DES RELIQUES DE LUMUMBA

Par Tapé GROUBERA

APRÈS LE RETOUR DES RELIQUES DE LUMUMBA, À QUAND CELUI DES AUTRES RÉSISTANTS AFRICAIN

INTRODUCTION

Le lundi 20 juin 2022, les autorités belges (le Roi et le gouvernement) ont organisé une cérémonie (moralement inacceptable) pour remettre officiellement la dent (seul reste du corps de LUMUMBA) à ses descendants et, ensuite se dédouaner (responsabilité morale).

Ces reliques de LUMUMBA ne sont pas les seuls en Occident. Il existe plusieurs crânes de résistants africains. Pourquoi ne pas les restituer à leurs familles ? On pourrait également parler du patrimoine culturel africain volé au Continent-Mère (Afrique). À quand donc ?

1.ÉVOQUONS QUELQUES RÉSISTANTS AFRICAINS.

De prime abord, tout AFRICAIN et NON AFRICAIN, épris de Justice doit garder toujours à l’esprit ces daux dates.
La première, c’est celle du 8 janvier 1454. Car c’est ce jour-là que pape Nicolas V (de son vrai nom Tommaso Parentucelli ) publia une la bulle autorisant la mise en esclavage des Africains.

La seconde s’étend du 15 novembre 1884 au 27 février 1885. C’est une période de quatre mois au cours desquels, l’étude de l’agression et l’occupation se firent à Berlin (fameux congrès de Berlin).
Revenons quelques résistants africains dont la liste n’est pas exhaustive. Car l’on n’enseigne pas cette l’HISTOIRE des résistant(e)s africains dans les écoles.
Ainsi, après quatre siècles de razzias et de déportation des Africains par les Européens, s’en est suivi un siècle d’agressions des Africains et d’occupation de l’Afrique par les Occidentaux.
Nous commençons par une femme: KIMPA Vita.Parce que s’opposant aux razzias, elle fut brûlée vive par les Portugais, le 2 juillet 1706 à Evolulu, ( une région de l’actuelle Angola).[1]
Le deuxième est le roi Béhanzin du Dahomey. Il a résisté pendant trois ans (de 1891 à 1894) à l’occupation française. Vaincu, il fut déchu de son trône en 1894 par les Français, puis déporté en Guyane française et ensuite en Algérie française.

C’est là-bas qu’il meurt, en exil, le 10 décembre 1906.[2]

Le troisième est Samory TOURÉ. Pris par traîtrise par les français le 29 septembre 1898, il fut déporté au Gabon, où il décèda le 2 juin 1900 à Ndjolé. [3]
Le quatrième est Simon KIMBANGOU. Après l’arrestation de ses partisans le 6 juin 1921,
par les Belges, il s’est de lui-même rendu. Jugé, puis condamné, il mourut le 12 octobre 1951,
Après une longue détention d’une trentaine d’années. [4]
En cinquième lieu, on parlera des Peuples. À la suite des révoltes des Héréros et des Namas contre l’occupation allemande, un programme d’extermination fut mis en exécution en 1904, à travers des camps de concentration par les troupes coloniales allemandes. Près de 65 000 Héréros et près de 20 000 Namas, soit 80% de la population de ce qu’est aujourd’hui la Namibie. Il dura quatre ans (1904-1908).C’est le premier génocide du 20 ème siècle.[5]
Nous nous arrêtons à la sième résistance. En 1951, refusant de devenir un protectorat anglais, les Ashantis furent attaqués par les Anglais. Ils vont résister jusqu’en janvier 1896. Dans cette même année (1896), le roi des Ashantis (l’Asantehene Agyeman Prempeh) demanda à son Peuple de ne plus résister. Lui-même se rendit. Arrêté et destitué, il fut forcé de signer un traité de protectorat. Puis, il fut envoyé en exil aux Seychelles.[6]
Etc.
Après cette présentation de ces quelques résistants africains, allons évoquer la question des reliques des résistants africains détenus en Europe. Pour ne pas trop alourdir notre publication, nous ferons cas seulement de deux pays européens :la Belgique et la France. Il faut savoir que presque tous les pays européens occidentaux sont concernés.

2.LA BELGIQUE GARDE DES CRÂNES DE RÉSISTANTS AFRICAINS.

Au musée des sciences naturelles de Bruxelles, y est détenu le crâne du chef résistant Lusinga lwa NGombe. En effet, en décembre 1884, ce chef du peuple Tabwa qui vivait dans la région du lac Tanganyika fut décapité lors d’une expédition punitive commanditée par Emile Storm. [7]
Outre le crâne du chef Lusinga, il y a également une trentaine de crânes de résistants congolais dont 14 sont à l’Université Libre de Bruxelles (ULB)[8].
Et l’ULB prévoit de restituer d’ici 2025 une dizaine de crânes de résistants congolais [9].Et les autres ? Difficile à comprendre.

3.LA FRANCE DETIENT ENCORE PLUS 30 000 RÉLIQUES DE RÉSISTANTS AFRICAINS.

Le vendredi 3 juillet 2020,
le crâne du résistant africain le cheikh Bouziane d’Algérie fut restitué à son pays, l’Algérie. Ce crâne fait partie des vingt-quatre restes mortuaires que la France a restitué ce même jour.[10]
Et pourtant, la France détient plus de 30 000 restes humains dans ses musées.
 » *Il est à noter que le musée de l’Homme à Paris conserve approximativement 30 000 restes humains, dont des crânes originaires de plusieurs parties du monde, groupés par milliers, par nationalité, dans des armoires métalliques, dont les sûretés sont cryptées* . »
[11].

Une remarque à ces deux précédentes parties. Nous constatons que pendant que les reliques des milliers d’Africains sont toujours détenus illégitiment et illégalement dans les universités et/ou musées européens, force est de constater qu’aucun NAZI mort, n’a ses reliques détenu dans aucun pays européen faisant partie des vainqueurs de la guerre de 1939-1945.

4.ET LE PATRIMOINE CULTUREL AFRICAIN ?

Dans toute culture, le vol est condamné. Le réceleur, (c’est-à-dire celui qui accepte de garder le butin d’un vol) est également puni par la loi. Pourquoi disons nous cela ? Parce que une importante partie du patrimoine des Africains qui fut volé par des Européens colonialistes pendant ces deux tragédies se trouvent encore dans les musées en Europe. On nous apprend qu’il 69 000 objets d’Afrique Subsaharienne au British Museum, 37 000 Weltmuseum de Vienne, 180 000 au Musée royal de l’Afrique centrale de Belgique, 75 000 au Humboldt Forum de Berlin. « Des musées du Vatican à celui du Quai Branly-Jacques Chirac, on 70 000 objets africains ».[12]
Rien que pour ces cinq (5) États européens, on dénombre 361 000 objets culturels et spirituels africains volés. Quel crime contre l’humanité dont l’Afrique est encore victime ? Nous entendons certaines personnes ignorants et/ou malhonnêtes qui vont prétendre que c’est grâce à ces pays européens que ces objets sont encore là. Et d’autre part, que les Africains n’ont pas de musées pour les exposer. Là-dessus, le MORAF tient à rappeler à ces personnes que si les Européens ont volé ces objets culturels en Afrique. Et comme hier et comme aujourd’hui, aucun (e) AFRICAIN(E) NE DOIT JAMAIS VOLER CES ÉLÉMENTS CULTURELS. Parce que la Culture africaine l’interdit. Car il s’agit de l’âme des Peuples. De plus, les lieux où ils sont mis ou posés (et non exposés), ces lieux deviennent des lieux sacrés. Ne s’y aventure que celle/celui qui est initié. Dans certains cas, vous y alliez que lorsque vous êtes invités par des initiés de la spiritualité africaine. En les touchant sans être initié, c’est une profanation. Pire, en les mettant dans des musées, c’est tuer spirituellement ces peuples africains qui y sont liés.

 

CONCLUSION

Contrairement à ce qui est écrit dans les livres d’histoire, les Africains se sont battus contre ceux qui sont venus, d’abord, les razzier et les déporter. Et ensuite, contre leurs descendants, venus eux aussi les agresser afin de s’approprier les ressources humaines et naturelles de l’Afrique. Nous avons présenté d’une infine partie de cette résistance, puis nous avions révélé les restes humains de ces résistants africains, encore détenus en Europe, comme certainement des trophées de guerre. Sans oublier les objets de la culturels africains. Et pourtant, on avait prétendu que cette Afrique était « sans civilisation ». Mais comme nous savons aujourd’hui que l »histoire est écrite par ceux qui sont venus l’agresser, notamment ces trois M (missionnaires, marchands et militaires européens).Ce qui fait que les vrais victimes (les Africains) sont désignés comme des coupables.
Notre action s’ adresse aux AFRICAINS et non AFRICAINS, épris de justice. Ce que le MORAF exige c’est la Vérité et la Justice.

L’HISTOIRE EST LE TRIBUNAL DES PEUPLES.

Fait le 24/06/2022.

Tapé GROUBERA, President du Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (moraf).
Auteur du livre CES AFRICAINS ENNEMIS DES AFRICAINS.
Mail: moraf.afrique@gmail.com

RÉFÉRENCES

[1]https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Kimpa_Vita

[2]https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Behanzin

[3]https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Samory_Tour%C3%A9

[4]https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Simon_Kimbangu

[5]https://fr.m.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9nocide_des_H%C3%A9r%C3%A9ros_et_des_Namas

[6]https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Guerres_anglo-ashanti

[7]https://parismatch.be/actualites/societe/238798/crane-de-lusinga-une-premiere-demande-de-restitution-du-congo.

[8]https://www.lesoir.be/207019/article/2019-02-15/quatorze-cranes-congolais-au-coeur-du-debat-sur-la-possession-de-restes-humains.

[9]https://www.lemonde.fr/international/article/2020/10/16/la-belgique-va-restituer-des-cranes-de-congolais-a-la-republique-democratique-du-congo_6056310_3210.html

[10]https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/07/03/la-france-remet-a-l-algerie-24-cranes-de-resistants-decapites-au-xixe-siecle-et-entreposes-a-paris_6045108_3212.html

[11]https://www.elwatan.com/edition/actualite/encore-des-centaines-de-cranes-algeriens-conserves-au-museum-de-paris-05-07-2020

[12]https://solidariteetprogres.fr/actualites-001/evasion-fiscale-blanchiment-ce-que.html
[13]

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion