LES AMOURS IMPOSSIBLES: Breve chronique des idylles suspendues…

LES AMOURS IMPOSSIBLES: Breve chronique des idylles suspendues…

Par Théo Ngongang-Ouandji

Avec le beau temps qui surgit de ce côté, les esprits se libèrent peu à peu, les êtres se rencontrent à nouveau (le Covid a disparu?) et bien sûr les histoires d’amour se tissent, avec leur cortège de drames inévitables!

J’ai choisi aujourd’hui de parler des idylles potentielles, qui en fait ne se développent jamais, n’ont pratiquement jamais « pris » mais pourtant ont chaque fois laissé des souvenirs indélébiles dans les esprits des «protagonistes », des « belligérants » Suivez-moi bien!

1. L’idylle improbable: le cadre varie mais le concept est le même: Elle est le boss, ou le prof, il est l’élève ou l’employé, ou alors il est le Docta , elle l’infirmière, (ou toutes les autres combinaisons la, vous maîtrisez non?). Ils se fréquentent professionnellement et semblent avoir des points communs. Une grande complicité les lie, en réunion, ils se complètent, dans les lieux publics on en est à se demander ce qu’ils font ensemble…Et pourtant, ils ne franchissent aucune barrière, ils sont en fait même très sages. Mais voici donc d’où vient le danger: un jour, un soir, l’un avoue a l’autre son intérêt de voir la relation évoluer vers une romance. Erreur! Tout se gâte subitement et il faut colmater les brèches! En général, l’étudiant ou l’employé ( le djo) doit se retirer et faire profil bas, le pauvre qui n’a pourtant rien goutté! Parfois c’est à la go aussi de s’éloigner du « problème ». In fine, les deux se contentent juste de leurs « what if » en termes de réflexion sur ce qui aurait pu arrivé…je précise juste que malgré leur complicité apparente, l’un n’était certainement pas aussi fan de l’autre, sinon nous savons tous comment ça aurait glissé!
2. La romance inachevée: Ils étaient copains copines au lycée ou même à la fac, mais étaient soit trop jeunes soit pas assez expérimentés pour goutter au fruit défendu. Résultat des courses: ils se sont séparés mais n’ont jamais cessé de penser l’un à l’autre. Le temps a fait son effet, la géographie aussi et ils ont construit leurs vies de familles loin l’un de l’autre. Puis, le hasard passant par là aussi les a réuni, l’instant d’un deuil au pays ou d’un mariage à Paname. Au delà des civilités d’usage lors de telles rencontres, lorsque leurs regards se croisent, ils laissent entrevoir cette question qu’ils n’osent plus se poser: what if?…
3. Les amours interdits: dans ce cas-ci, les deux sont dans des situations qui ne permettent pas (techniquement) qu’ils songent même seulement à se mettre ensemble, ils sont mariés chacun « dans son camp ». Sauf qu’ils se sont vus et se sont plus. Encore une fois, je ne parlent pas de ceux et celles qui ont dit « ça fait quoi ?» mais bien de ceux-là qui se sont plutôt demandés « on fait comment? ». Ce n’est jamais simple à gérer. Comme ils sont sages, ils se contentent eux aussi de se poser l’éternelle question comme plus haut: what if? Mais pareil, autant cette question leur taraude l’esprit, autant ils n’en parlent jamais à leurs époux respectifs, qui est fou! Ils restent parfois en contact malgré tout…Le danger plane, il est permanent!
4. La romances intra-familiale: accrochez-vous bien, le tour ci c’est chaud. Il est le tonton et elle est la meilleure copine de la nièce. Il l’a vue grandir mais maintenant qu’elle est grande, et va bientôt se fiancer, elle lui avoue ses sentiments! Elle connaît bien sa tata aussi, ce qui lui permet d’être souvent à toutes les événements familiaux. Le genre-ci fait transpirer surtout quand l’épouse du tonton lui dit qu’elle aime bien le dynamisme de l’amie de la nièce…Bon c’est technique et puisque je ne parle que des cas impossibles, dans celui-ci aussi le tonton doit s’enfuir, vite et loin…et ce qui reste ce sont les regards et les bises lors des cérémonies, les deux sachant ce qui aurait pu les lier mais comprenant aussi que le diable était dans ce plan-la!
5. L’amourette dangereuse: elle c’est l’ex de ton meilleur gars et toi tu es “victime” de ses avances répétées et surtout appuyées car elle connaît son potentiel (que tu as du admirer de loin, selon elle en tout cas). Donc, après la rupture d’avec ton gars, elle semble t’utiliser comme support moral en premier, elle se dit fragile et tu la consoles en lui faisant changer ses idées, l’emmenant au resto, jouant le vrai gentleman. Sauf que, qui est fou, elle développe des sentiments au fil du temps pour ta personne, et ça tu ne l’as pas vu venir…La vraie sorcellerie. Tu hésites (on se connaît), tu ne sais même pas à qui en parler, tu médites dessus et au final, tu décides de fuir, car tu as encore quelques valeurs…Mais vous restez bons amis et à l’occasion de vos entrevues furtives et occasionnelles (heureusement), ce sourire vous lie le temps d’un bisou et dans vos têtes, la même question revient un peu parfois: what if…?
6. La romance socialement condamnée: ce cas est un classique chez nous, mais reste parfois aussi un tabou, tant nos sociétés nous imposent l’omerta sur plein de faits pourtant établis…En fait, la ménagère et son patron s’observent depuis qu’elle a commencé à bosser pour lui. Seul problème, elle est une parentée lointaine de son épouse et autre problème j’oubliais, elle est sérieusement belle! Seulement, ils ne se parlent pas beaucoup, c’est l’épouse qui gère “le ministère de l’intérieur”, qui délégue toutes les tâches et qui s’assure qu’elles sont exécutées à la perfection. Le malheur de cette impossible romance commence quand l’épouse voyage avec les enfants, et demande à la ménagère de veilleur à ce que Monsieur ait son café tous les matins, et son dinner prêt le soir quand il rentre. Je sais, en général, l’homme saute sur l’occase en or mais dans ce cas-ci je parle de celui qui n’a pas flanché (pas encore disons). Il se bat contre les démons, médite lui aussi sur son sort, continue à apprécier les contours géométriques si parfaits de la ménagère, mais ne franchit pas la ligne interdite. Elle se doute bien de ce qui se passe dans sa tête à lui, parfois elle en rajoute même en lui faisant du charme (qui est fou) mais elle aussi se retient et tous les matins, à son arrivée qui coïncide presque toujours avec le départ du patron, lorsque leurs regards se croisent, le long sourire qui illumine leurs visages en dit long…What if…
7. L’aventure ambiguë: ici, c’est un peu compliqué car les potentiels partenaires ne se connaissent pas et découvrent en même temps qu’ils sont en fait cousins éloignés au village. L’homme est jeune, célibataire et cherche à se caser, (ou veut recommencer une 2eme phase de sa vie), la femme est elle aussi sur le marché mais ils ne se sont jamais croisés. Quand la rencontre fatidique arrive, c’est presque le coup de foudre au départ, non consommé je précise, mais l’attirance est immédiate et semble réciproque. Comme on est Camer, chacun de son côté se renseigne sur l’autre, on met à contribution les réseaux de toutes sortes, des parents du village aux potes de mouvement. Il faut s’assurer qu’on a fait le bon choix. Les résultats des enquêtes arrivent timidement mais semblent indiquer que des deux côtés, il y a une parenté avérée! Malchance! Ils se revoient néanmoins et passent des soirées à se parler de tout et de rien, juste comme ce qui arrive aux « vrais »amoureux…Au final, ils se résignent à ne pas commettre l’irréparable mais pareil, quand ils se voient, il faut être aveugle pour ne pas noyer leur complicité…Et dans leurs têtes, l’éternelle question cogne fort: what if? Dur dur…
Bon je m’arrête là mais je sais que d’autres cas existent, lâchez vous, partagez alors 😀Rien n’est simple sur terre oooh!
#Onvafairecomment?
TNO

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion