Reportage exclusif / Personnes à vendre :Où des vies sont vendues aux enchères pour 400 $

Reportage exclusif / Personnes à vendre  :Où des vies sont vendues aux enchères pour 400 $

DANS LE MONDE NOIR , tout est en efferverssence car le reportage que voici de CNN a reussi à emouvoir tout un continent ===> le voici traduit en anglais

Tripoli, Libye (CNN) –   « Huit cents », dit le commissaire-priseur. « 900 … 1,000 … 1,100 … » Vendu. Pour 1 200 dinars libyens – l’équivalent de 800 dollars.

Pas une voiture d’occasion, un terrain ou un meuble. Pas de « marchandise » du tout, mais deux êtres humains. L’un des hommes non identifiés vendus dans la vidéo granuleuse obtenue par CNN est Nigérian. Il semble être dans la vingtaine et porte une chemise pâle et des pantalons de survêtement.

Il a été mis en vente en tant que membre d’un groupe de «gros garçons forts pour le travail à la ferme», selon le commissaire-priseur, qui reste à huis clos. Seule sa main, reposant sur l’épaule de l’homme, est visible dans le bref clip.

Après avoir vu des images de cette vente aux enchères d’esclaves, CNN a travaillé pour vérifier son authenticité et s’est rendu en Libye pour enquêter plus loin. Portant des caméras cachées dans une propriété à l’extérieur de la capitale de Tripoli le mois dernier, nous assistons à une douzaine de personnes qui vont «sous le marteau» en l’espace de six ou sept minutes.

« Est-ce que quelqu’un a besoin d’un pelleteur? » C’est un creuseur, un grand homme fort, il va creuser « , dit le vendeur, vêtu d’un équipement de camouflage. « Qu’est-ce que je propose, qu’est-ce que je propose? »

Les acheteurs lèvent la main quand le prix augmente, « 500, 550, 600, 650 … » En quelques minutes, tout est fini et les hommes, totalement résignés à leur sort, sont livrés à leurs nouveaux « maîtres ».

Après la vente aux enchères, nous avons rencontré deux des hommes qui avaient été vendus. Ils étaient tellement traumatisés par ce qu’ils avaient traversé qu’ils ne pouvaient pas parler, et ils avaient tellement peur qu’ils se méfiaient de tous ceux qu’ils rencontraient.

                                                                       Répression contre les contrebandiers

Chaque année, des dizaines de milliers de personnes traversent les frontières de la Libye. Ce sont des réfugiés fuyant les conflits ou des migrants économiques à la recherche de meilleures opportunités en Europe.

La plupart ont vendu tout ce qu’ils possèdent pour financer le voyage à travers la Libye vers la côte et la porte de la Méditerranée.    Mais une récente répression de la part des garde-côtes libyens signifie que moins de bateaux se dirigent vers la mer, laissant les passeurs avec un arriéré de passagers potentiels entre leurs mains.Ainsi, les passeurs deviennent des maîtres, les migrants et les réfugiés deviennent des esclaves.

Regarder le documentaire complet: La traite des esclaves en Libye

 

Les migrants rescapés de la Méditerranée arrivent sur une base navale à Tripoli en octobre.

La preuve filmée par CNN a maintenant été remise aux autorités libyennes, qui ont promis de lancer une enquête.Le lieutenant Naser Hazam, de l’agence anti-immigration clandestine du gouvernement à Tripoli, a déclaré à CNN que bien qu’il n’ait pas assisté à une vente aux enchères d’esclaves, il a reconnu que des bandes organisées opéraient des réseaux de contrebande dans le pays. »Ils remplissent un bateau avec 100 personnes, ces personnes peuvent ou ne peuvent pas le faire », dit Hazam. « (Le passeur) s’en fout tant qu’il reçoit l’argent, et le migrant peut arriver en Europe ou mourir en mer. »

        « La situation est désastreuse », a déclaré Mohammed Abdiker, directeur des opérations et des situations d’urgence à l’Organisation internationale pour les migrations, dans un communiqué après son retour de Tripoli en avril. « Certains rapports sont vraiment horrifiants et les derniers rapports sur les ‘marchés d’esclaves’ pour les migrants peuvent être ajoutés à une longue liste d’outrages. »Les ventes aux enchères ont lieu dans une ville apparemment normale en Libye remplie de personnes menant une vie régulière. Les enfants jouent dans la rue; les gens vont au travail, parlent à des amis et cuisinent des dîners pour leurs familles.Mais dans les ventes aux enchères d’esclaves, c’est comme si nous avions reculé dans le temps. La seule chose qui manque est les chaînes autour des poignets et des chevilles des migrants.

                                                         Déportation « retour à la case départ

Anes Alazabi est superviseur dans un centre de détention à Tripoli pour les migrants qui doivent être expulsés. Il dit avoir entendu «beaucoup d’histoires» sur les abus commis par les passeurs.

Le centre de détention des migrants Treeq Alsika à Tripoli, où certains migrants sont détenus par les autorités libyennes avant d’être rapatriés.

 

«Je souffre pour eux, ce que j’ai vu tous les jours, croyez-moi, ça me fait souffrir», dit-il. « Chaque jour, je peux entendre une nouvelle histoire de la part des gens, vous devez tous les écouter, c’est leur droit de faire entendre leur voix. »  L’un des migrants détenus, un jeune homme nommé Victory, dit qu’il a été vendu à une vente aux enchères d’esclaves. Fatigué de la corruption rampante dans l’Etat d’Edo au Nigeria, le jeune homme de 21 ans a fuit la maison et a passé un an et quatre mois – et ses économies de toute une vie – en essayant d’atteindre l’Europe

http://i.cdn.cnn.com/cnn/.e/interactive/html5-video-media/2017/11/10/Libya_timeline_930_1.png

                               Il l’a fait jusqu’en Libye, où il dit que lui et d’autres migrants potentiels ont été détenus dans des conditions de vie déplorables, privés de nourriture, maltraités et maltraités par leurs ravisseurs. »Si vous regardez la plupart des gens ici, si vous vérifiez votre corps, vous voyez les marques, ils sont battus, mutilés. »Quand ses fonds se sont épuisés, Victory a été vendu comme journalier par ses contrebandiers, qui lui ont dit que le bénéfice tiré des transactions servirait à réduire sa dette. Mais après des semaines de travail forcé, on a dit à Victory que l’argent pour lequel il avait été acheté n’était pas suffisant. Il a été renvoyé à ses contrebandiers, pour être revendu plusieurs fois de plus. Les contrebandiers ont également exigé des paiements de rançon de la part de la famille de Victory avant de finalement le libérer.

Nigerian migrant: ‘I was sold’ 03:15

                     « J’ai dépensé plus d’un million [naira nigérian, soit 2 780 dollars]« , at-il déclaré à CNN depuis le centre de détention, où il attend d’être renvoyé au Nigeria. « Ma mère est même allée dans quelques villages, empruntant de l’argent auprès de différents courriers pour me sauver la vie. »Alors que la route à travers l’Afrique du Nord devient de plus en plus tendue, de nombreux migrants ont renoncé à leurs rêves d’atteindre les côtes européennes. Cette année, plus de 8 800 personnes ont choisi de rentrer volontairement chez elles lors des vols de rapatriement organisés par l’OIM.Opinion: Abus de migrants en Libye est une tache sur la conscience du mondeAlors que beaucoup de ses amis du Nigeria sont arrivés en Europe, Victory se résigne à rentrer chez lui les mains vides. »Je ne pouvais pas le faire, mais je remercie Dieu pour la vie de ceux qui le font », dit-il. »Je ne suis pas content », ajoute-t-il. « Je reviens de la case départ, c’est très douloureux, très douloureux. »

===============================ndr : une autre vidéo illustrée

 

 

traduit par Kamer Amer    

 

 

source : CNN / equipe de CNN : Lauren Said-Moorhouse, Byron Manley, Henrik Pettersson, Mark Oliver, Muhammad Darwish and Edward Kiernan contributed to this report.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion