La légende de Wazal par Wazal Ayissi (2/4)

La légende de Wazal  par Wazal Ayissi    (2/4)

                                                          Deuxième partie

 

Le roi du village, Wazalion était un homme d’une grande sagesse, patience et intelligence. Doux dans ses actes et ses paroles, il disposait d’une puissance et d’une maturité redoutables qui forçaient le respect. Aimé de tous, il n’hésitait pas à partir au combat afin de protéger ses terres et répondre aux besoins de son peuple.

C’est lors d’une embuscade que le bon roi Wazalion trouva la mort : le village avait été pris d’assaut. Wazalion cacha son épouse et son fils dans une cave secrète afin de les mettre à l’abri. Puis il réunit ses armées pour protéger le village.

                    A l’aide de son armure et de son épée Wazall’âme, le roi Wazalion accompagné de ses soldats et de son fidèle ami Bantoutator se lancèrent dans un combat sanglant : Les ennemis arrivaient de toute part, on pouvait entendre les épées siffler. Wazalion qui se sentait invincible grâce à son épée, partit à l’affront des ennemis sans même attendre ses troupes.

 

Il saisit un adversaire pour l’étrangler, mais c’était sans compter l’arrivée du camp  adverse qui le mit à terre et le blessa à l’épaule. Wazalion, fulminant de rage, se releva et, affaibli, continua la bataille. Bantoutator qui de loin vit son ami blessé, tenta de lui venir en aide mais il fut empêché par les ennemis qui avaient fait une barrière autour de lui.

De son côté, Wazalion seul aux prises avec une dizaine de guerriers, coupa la tête de cinq soldats grâce à Wazall’âme. Fort de son « succès » il ne vit pas arriver deux adversaires qui, avec traîtrise et lâcheté, le poignardèrent, l’un dans le dos, l’autre au ventre. Bantoutator, venant à bout des assaillants, les habits en lambeaux, la figure en sang, arriva quelques minutes plus tard auprès de son ami.

Mais le roi rendait son dernier souffle. Il laissait derrière lui un jeune fils, Wazal, qui signifie « lion, roi de la jungle ». Bantoutator ayant échappé à la mort, meurtri par ses blessures et par l’humiliation, promit de venger la mort de son ami Wazallion.

La nouvelle de la mort du roi Wazalion se répandit très vite et les ennemis voisins s’organisèrent afin de partir de nouveau à l’assaut du village. Mais, c’était compter sans l’esprit de Wazalion !

Certes il était mort, mais son âme était toujours présente. Les meilleurs soldats furent choisis et élus par l’âme de Wazalion.  Grâce à l’âme de Wazalion, on pouvait espérer qu’ils trouvent la force pour combattre leurs ennemis.

Rapidement, les wazalciens et wazalgeois du village se réunirent en conseil pour nommer le nouveau chef du village.

Comme le prédisait la prophétie, le courageux guerrier qui porterait ce titre serait assigné à la lourde et honorable tâche de protéger la terre des ancêtres et le secret de son « trésor »

 

LE WAZALIANE, du nom de la grand-mère de Wazal. Wazaliane était l’épouse de Wazalking, fidèle et toujours à ses côtés. C’était une femme sage, née de la tribu Margueritator, seule de cette tribu née sans marguerite sur sa tête. 

Après sa mort, le roi Wazalking, par respect et par amour pour son épouse, voulut lui rendre hommage. Il décida de planter une marguerite sur sa tombe. Six mois plus tard, surpris de découvrir un parterre de fleurs sublimes, il demanda aux villageois d’en faire la récolte. Les fleurs étaient mélangées avec le sang de la reine.

                Ils créèrent alors une fibre transformée en fil tissé, utilisée pour la fabrication du tissu que les rois et wazalciens portent aujourd’hui. En hommage à l’épouse de Wazalking réincarnée en fleur, ce tissu fut appelé WAZALIANE : tissu magique très précieux, qui signifie « plus riche », recherché et convoité par tous les villages voisins.

                  Ce tissu procurait la sagesse et la protection à qui le revêtait. Pour le décorer, il suffisait de prononcer un mot magique « wazalkaliflagilistik » que le roi Wazal connaissait : des messages géométriques et codés de Paix, Modernité, Fécondité apparaissaient alors.

Porter le tissu Wazaliane n’était pas un acte anodin ; en effet, l’étoffe servait également à fabriquer les costumes du roi et les tuniques des Wazalciens, en revanche les Wazalgeois n’y avaient pas accès.

Les palabres et délibérations pour nommer le futur roi de Wazalville furent ardues. Ceux qui connaissaient l’existence de Wazalstyle savaient qu’il n’était pas intéressé par le trône. Mais certains villageois estimaient que Wazal était trop jeune pour assumer ce rôle. Les anciens se réunirent une dernière fois. 

A l’issue du conseil des Wazalciens, ils jouèrent du balafon afin de réunir tout le village. Un ancien monta sur une estrade afin que tous le voient et l’entendent parler :

_ Mes sœurs et mes frères, la dernière embuscade laisse le village endeuillé par de nombreuses pertes. Notre roi Wazalion a hélas péri au cours de la bataille mais grâce à son courage et son héroïsme, il nous a sauvé la vie, à nous les rescapés de ce combat. Nous ne devrons jamais l’oublier. Notre navire est désormais sans capitaine et nous ne pouvons pas naviguer. Aussi, nous avons décidé de choisir un successeur à notre bon roi Wazalion au sein de notre village.

Son fils, Wazal a retenu notre attention et nous avons choisi de le nommer Roi. Toutefois, compte-tenu de son jeune âge et de son inexpérience, nous devrons l’entourer de nos conseils et le guider dans ses fonctions.

Wazal, fils du roi Wazalion et petit fils de Wazalking, fut donc nommé Roi de Wazalville.

Le roi Wazal aimait voyager et partir à la découverte d’autres mondes ; c’était quelqu’un de réfléchi et très curieux. Il était passionné par l’art et la nature. Au retour de chaque voyage, il rapportait des provisions à ses serviteurs.

Un jour, revenant d’un voyage épuisant, il décida d’aller se ressourcer dans les terres de ses ancêtres. Après quelques heures de marche, il entendit soudainement, et venant de très loin, un écho. Curieux il continua de marcher quand tout à coup l’écho retentit, et cette fois de façon plus audible :

_ Wazal fils de Wazalion, j’ai un message pour toi. Je suis ton Ancêtre, souverain de la cité des anciens, premier roi de Wazalville, gardien, conseiller et protecteur, connu par tes pères sous le nom de Wazaldringo.

Le roi, surpris, sursauta, mais l’Ancêtre lui parla d’une voix calme :

_ N’aie crainte, je suis là pour te livrer un message de la part des Ancêtres ;

                                       Wazalville est en danger.

_ Je ne crains rien et je n’ai de leçons, à recevoir de personne ! Wazalville est un village paisible, j’en suis le roi incontesté. Nul ne viendra troubler notre quiétude.

_ Je te demande de me faire confiance et de m’écouter. L’heure est grave. Ne t’obstine pas, ne te crois pas invincible et capable de faire abstraction du conseil de tes ancêtres.

_ Je connais parfaitement l’histoire de mes ancêtres, tu es un imposteur et je te demande maintenant de retourner d’où tu viens.

_ Soit ! Fais comme il te semble ! Sache que si tu le souhaites vraiment, il te suffira de m’appeler dans tes songes pour entendre le message de tes Ancêtres.

Wazal n’eut pas le temps de répondre, la Voix s’était évaporée. Quelque peu perturbé par l’Intrus mais néanmoins courroucé, il reprit son chemin pour retourner au village. Il ne fit part à personne de cette « rencontre » et pensa vite oublier la « mésaventure ».

 

=========> à suivre …

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion